Même si on estime son existence à plusieurs milliers d’années, il est difficile de  déterminer avec exactitude le moment de la naissance du feng shui. Seule certitude : les premiers écrits sur cette discipline profane remontent à l’antiquité, deux cent vingt avant Jésus Christ sur le grand livre de l’Histoire.

Les néophytes y découvrent ses fondements, issus de l’observation de l’univers via la philosophie chinoise. Traduit littéralement par « vent et eau », le nom feng shui illustre un ensemble de principes de géomancie, où les formes et l’environnement influent sur le qi, c’est à dire l’énergie. Savoir la maîtriser pour améliorer la santé, la prospérité et le comportement. Apprendre à disposer les objets et les couleurs de façon à équilibrer le yin et le yang. Dompter l’espace pour s’y sentir parfaitement à sa place. Harmoniser les lieux et rééquilibrer les forces présentes au profit des gens qui y demeurent. Tels sont les grands préceptes de cet art de la quiétude, venu tout droit de l’interprétation taoïste du monde. Comme le feng shui, le massage prône avant tout la libre circulation de l’énergie. Ici, plus question d’œuvrer pour sa fluidité dans une pièce ou une maison, mais dans un autre lieu tout aussi clos : le corps. Shiatsu, nuad bo’ rarn, stone thérapy, reiki, californien… Qu’importe le nom, l’origine ou la technique, pourvu que le but soit atteint. Comme le feng shui et le massage se ressemblent, ils peuvent s’assembler. Ou, du moins, le premier peut se mettre au service  du second pour en optimiser les effets.

Misez sur les couleurs douceur

Tout d’abord, selon la symbolique des couleurs dans le feng shui, celle d’une pièce où l’on prodigue des massages doit  tendre vers les bleus et les verts. En effet, le bleu prédispose à l’introversion, idéale pour faciliter le lâcher-prise pendant le massage. Le vert est une couleur tonique très douce qui s’harmonise parfaitement avec les bleus. Il faut éviter le jaune, signe de communication, l’orange, vecteur de changements, et le rouge, très dynamisant.

Concoctez-vous un espace « peace »

Pou ne pas gêner la circulation du qi, les centres de la pièce doivent être vide et les tables de massage situées près d’un mur, sauf entre une porte et une fenêtre. Là, les courants d’énergie sont très puissants et peuvent avoir des effets négatifs sur les gens. Tout comme il s le sont au niveau du sol. Il faut donc éviter de masser parterre, mais plutôt sur une table à mi-hauteur du praticien.[ la personne qui reçoit le massage ne doit pas, en position allongée, avoir les pieds en direction de la porte. c’est un e position de mauvais présage puisque, symboliquement, c’est celle du mort.] Enfin, le nec plus ultra? une salle de massage orientée à l’ouest pour bénéficier des bonnes vibrations de ce point cardinal – l’est étant bien trop dynamique pour apaiser ceux qui sont venus chercher, dans un massage un peu de sérénité.

Prenez votre décor à coeur

Question éclairage, à l’inverse des néons et halogènes et autres ampoules électriques, les lumières tamisées comme celles des bougies sont promesses de quiétude. Sur les murs, toutes les envies sont les bienvenues. Le seul imprératif? ne pas mettre de miroir face à la porte d’entée : il rejetterait immédiatement l’énergie vers l’extérieur. Evitez aussi tous les styles de fleurs séchées : une plante morte dégage des ondes négatives. Touche finale : un habillage de la pièce avec des textures yin, douces et féminines, comme les voilages pour les rideaux –  les stores sont trop yang – et de la soie ou du velours pour des petits coussins de confort.

Bleu ou vert pastel n’oubliez pas…

(extrait de Massages du Monde,  Ed. Flammarion, 2007)

 

Si vous avez aimé, vous pouvez partager cet article. Merci !

À propos de l'auteur

Ces articles peuvent également vous intéresser

Pas encore de commentaire

Une question ? N'hésitez-pas à la poster ici !

Laisser un commentaire

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.