LES ORIGINES DU MASSAGE BALINAIS

Des plus petits villages reculés dans les montagnes aux trottoirs agités de ses poumons citadins, Bali sent bon la quiétude. Elle se lit sur le sourire des gens, se promène entre les temples et les habitations, se distribue sans compter dans les salons de massages. Point de rencontre entre l’Inde et la Chine, l’île porte en son sein cette tradition ancestrale, illustrée par une dizaine de techniques différentes, plus ou moins vigoureuses, mais toutes dédiées à la santé du corps et de l’esprit.

Les plus connus? Le « jamu », issu de la pharmacopée d’antan; le « urut, qui signifie « massage » en javanais, prodigué pour détendre les articulations et le pijat, traduit également par « massage » en balinais, plus doux , qui apaise l’esprit. Pour connaître les origines des uns  comme des autres, il faut aller chercher dans les archives du Jamu, la médecine traditionnelle indonésienne. Elle préconisait, pour soulager tous les maux, en accompagnement de baumes, décoctions et autres potions curatives à base de plantes, une gestuelle de massage bien précise, prodigué uniquement par les moines médecins dans les temples. A commencer par ceux des paysans, dont une vie de travail en rizière abîmait les jambes et le dos. Malaxés, décontractés, drainés, les membres sans douleurs favorisaient d’autant plus la sérénité et le lâcher-prise de l’esprit. Au point d’ailleurs que les rois ne prenaient jamais une décision capitale sans se faire masser pendant de longues heures, voire plusieurs jours. Dans un état de décompression extrême, le monarque se sentait alors apte à faire le meilleur choix.

Depuis, le massage balinais a traversé les siècles et les frontières, mais son but reste le même : effacer tous les maux physiques et spirituels.

LES TECHNIQUES UTILISÉES

Le massage débute toujours avec beaucoup de douceur et de délicatesse, moment de prise de contact en massant les mains, puis du passage de l’huile avec des effleurages.

Le massage peut se révéler énergique par la suite , avec des pressions musculaires, des points d’acupression sur les mains , les avants bras et les biceps. Les muscles des cuisses sont pétris, malaxés. Chaque zone musculaire reçoit des pétrissages en profondeur : Pressions sur les membres entre la paume et les doigts, longs mouvements de glisse profonds sur le corps avec les avant-bras, jeux de coudes sur les axes de tension ou frottements énergiques de l’épiderme avec les poings fermés.

Un pijat parfait ne peut se conclure sans effleurages et pressions glissées très légères, destinées à parfaire la relaxation.

SON INTENTION

Loin des aspirations médicales d’autrefois, le massage balinais vise néanmoins un mieux-être immédiat, une meilleure circulation du sang et avant tout une profonde relaxation.

 

LES TARIFS

CONTACT